Retour sur la journée nationale du programme !

18 août 2017

Le 4 mai derniers, les projets lauréats du programme se réunissaient pour une journée de travail et de partage d’expériences (retrouvez les supports de présentation et résultats des ateliers « Communauté » et « Associations : vers un modèle d’affaire ?« ).

La journée s’est conclue par une conférence-musicale regroupant la diversité des acteurs oeuvrant contre la précarité énergétique. Par ailleurs, les 10 premiers lauréats ont présenté leurs actions devant le public présents : retrouvez ces pitchs en vidéos sur les pages projets.

 

Comment recruter de nouveaux bénéficiaires ? Atelier avec Locaux-Moteurs

7 août 2017

Le projet Locaux-Moteurs est lauréat de la première promotion du programme Porteurs d’Idées Énergétiques. Son action ? Miser sur le lien local et les habitants pour repérer les ménages en situation de précarité énergétique (découvrez l’ensemble du projet ici).
À ce titre, il bénéfice, comme l’ensemble des projets, d’un accompagnement opérationnel par les partenaires du programme et notamment l’organisation d’ateliers de résolutions de défis par l’association MakeSense.

Durant 2h30, grâce à une méthodologie eprouvée par 2000 associations , les participants sont invités à proposer des idées nouvelles, L’objectif de ces ateliers est double :

  • Apporter des solutions à un défi opérationnel rencontré par le porteur de projet, par exemple,  « Comment améliorer la communication au sein de mon équipe  ? » ou « Comment multiplier par deux le trafic de mon site internet ? »
  • Mobiliser et engager des partenaires du projet et créer une dynamique positive. L’atelier s’est déroulé au coeur de la zone d’intervention des Locaux-Moteurs, en proche banlieue d’Angers.

Le bureau de l’association a mobilisé une douzaine de personnes intéressés par le projet (professeurs, étudiants, bénévoles d’associations locales, …) autour du défi identifié et formalisé en lien avec MakeSense. Comment recruter de nouveau bénévoles pour les Locaux-Moteurs ? Autrement dit, comment

Durant la deuxième partie de l’atelier,  les participants approfondissent en sous-groupe  les idées émergées durant le brainstorming.


Un point commun des solutions est d’aller chercher les bénévoles de manière active c’est à dire sur un lieu et à un moment où ils sont disponibles. 4 solutions ont émergées :

  • 1. Expériences chimiques ludique en école primaire pour mettre en valeur les principe d’isolation et de fuites thermiques. L’objectif est de toucher les parents à travers la sensibilisation des enfants.
  • 2. Action de sensibilisation hebdomadaire dans un supermarché, lieu de très grande fréquentation. Le porteur de l’idée souhaite explorer l’idée notamment au sein de magasins de bricolages.
  • 3. Action de sensibilisation par le théatre-forum lors d’un événement local existant. Cette pratique née, il y a 30 ans les favelas brésiliennes, met le quotidien des habitants au centre du processus créatif. En lien avec des compagnies angevines, l’objectif des participants est de donner à voir la réalité de la précarité énergétique au travers de pièces humoristiques, co-écrites avec les habitants, afin de favoriser le passage à l’action.
  • 4. Présence d’une mascotte sur les terrains sportifs. Le déguisement de mascotte est un outil efficace pour ancrer une marque et un message. Le terrain de sport correspond à un lieu où les habitants sont ouverts au dialogue.

Bravo aux participants !

Rendez-vous le 6 juillet pour la deuxième journée du programme !

3 juin 2017

 

Dans la continuité de la mise en œuvre de son programme d’actions de lutte contre la précarité énergétique, AG2R LA MONDIALE et ses partenaires sont ravis de vous convier au second temps fort du programme, qui aura lieu le 6 juillet à Paris [Batiment LA FOLIE L5 – Parc de La Villette – 75019 Paris] !

 

Vous aurez ainsi l’occasion de rencontrer les 21 porteurs de projets lauréats et – si vous êtes disponibles – de participer l’après-midi à des ateliers permettant de les aider à apporter des réponses concrètes aux défis de la précarité énergétique.

Programme :

12h30 – 14h30 : Déjeuner-buffet animé de « pitchs » projets
14h30 – 17h30 : Ateliers collectifs (au choix)

* atelier de résolution de défi 1 : Comment repérer les ménages en précarité énergétique ?

* atelier de résolution de défi 2 : Comment favoriser les collaborations entre professionnels et habitants ?

* World Café : comment intégrer les préoccupations sanitaires dans les démarches de lutte contre la précarité énergétique ?
17h30 – 18h : Conclusions et cocktails

 

Merci de confirmer votre participation auprès de basile@sensecube.cc

Découvrez les lauréats du second appel à projets !

15 mai 2017

Nous sommes ravis de vous annoncer les résultats du second appel à projet « Porteurs d’Idées Énergétiques » !

Suite au comité de pilotage qui s’est réuni le vendredi 5 mai, avec la participation de l’Anah, du Plan Bâtiment Durable, du CLER, d’Enercoop, de la fondation Rexel, Solinergy, Leroy Merlin Source, etc., 11 projets ont été retenus pour bénéficier d’un accompagnement financier et technique dans le cadre du programme.

Partenaire du programme, la Fondation Schneider Electric apportera également son soutien à certains projets à travers un cofinancement et/ou des actions de bénévolat de compétences, ainsi qu’Energie Solidaire dans le cadre du microdon sur facture d’énergie.

Repérer et informer les ménages vulnérables à travers des démarches co-construites, structurées et des approches « mixtes » :

Association Polénergie – Auvergne-Rhône-Alpes
Des Villages Santé Energie pour informer et détecter sans stigmatiser les populations fragiles et vieillissantes des territoires isolés à travers la mise en lien des dispositifs d’accompagnement existant sur les thématiques santé et lutte contre la précarité énergétique

Association d’Aide et de Garde à Domicile de l’Aisne (AAGDA) – Hauts-de-France
Dispositif de repérage des personnes âgées en situation de précarité énergétique par des intervenantes à domicile et structuration de leur orientation vers un accompagnement à la rénovation énergétique

ADIL 26 / Unis-Cité – Auvergne-Rhône-Alpes
Action « Energie : économies, confort, santé » – Développer une mission de service civique avec une méthodologie d’intervention adaptée aux personnes âgées modestes et précaires sur les économies d’énergie, la santé, le confort

Et si on essayait d’aller un peu plus loin ?

Agence Régionale pour les travaux d’Economies d’Energie (ARTEE) – Nouvelle Aquitaine
Dispositif de massification des actions, de la détection des ménages en précarité énergétique en zone rurale en partenariat avec La Poste, à l’audit des logements, les préconisations et l’orientation vers des travaux ambitieux visant une économie de 40% avec, si besoin, l’apport d’un tiers financement

SEM Energie POSIT’IF – Ile-de-France
Définition d’une méthodologie permettant d’intégrer de manière systématique aux audits énergétiques, un diagnostic de la qualité de l’air et son amélioration suite à la réalisation de travaux, en testant la méthode sur trois copropriétés

Des accompagnements à la réalisation de travaux qui privilégient le « faire avec » :

Centre d’Initiation aux Energies Renouvelables (CIER) –  Normandie
Développement de l’auto-réhabilitation accompagnée avec un lieu de partage, de rencontre et de mutualisation d’outils pour les artisans, les particuliers et les associations locales.

Compagnons Bâtisseurs Centre-Val de Loire – Centre Val-de-Loire
Appui à l’essaimage du « Bricobus », dispositif d’animation itinérant qui propose des interventions techniques sur des chantiers ARA, des ateliers collectifs, du prêt d’outillage, une mise en lien avec la plateforme de matériaux Soli’Bât

Enerterre – Parc naturel Régional des Marais du Cotentin et du Bessin – Normandie
Mobilisation collective sur des chantiers d’auto-réhabilitation accompagnés sous forme de chantiers participatifs menés avec les artisans locaux et un Système d’Echange Local

Quid des « petits travaux » pour répondre à l’urgence sociale et précéder le passage à l’acte ?

Agence Locale de Maîtrise de l’Energie du Centre Ouest Bretagn (ALECOB) – Bretagne
Mise en place et évaluation d’un dispositif « petits travaux » en complément du programme de lutte contre la précarité énergétique de l’agence pour démontrer la pertinence de cette approche

Actions pilotes autour du financement :

Association CAMEL – Grand Est
Expérimentation d’une solution de tiers-payant pour la rénovation énergétique à destination des propriétaires occupants en précarité énergétique

Association CEDER – PACA
Expérimentation d’un fonds citoyen d’aide aux travaux permettant d’approfondir l’accompagnement des familles, principalement locataires, en mobilisant un collectif de citoyens pour gérer un fonds d’aide aux petits travaux  et le suivi des situations (médiation, motivation, soutien,…)

 

Interview « Mon logement voyage – CREAQ »

28 avril 2017

Réduire la précarité énergétique ET améliorer le développement durable : mission très possible

Gwenaëlle Petit y croit dur comme fer : ce n’est pas en faisant du prosélytisme inutile que la consommation d’énergie des ménages va changer du tout au tout. Sa technique à elle, c’est plutôt la pédagogie, les bons tuyaux et le travail en équipe. Qu’il s’agisse de proposer des solutions aux foyer désireux de se séparer des énergies fossiles ou nucléaires, de faire comprendre les enjeux de ces consommations d’un point de vue “thermomètre de notre bonne vieille Terre” ou d’aider ceux qui souffrent d’une consommation d’énergie beaucoup trop élevée (parfois au point de supprimer sciemment cette ligne de budget de leurs dépenses, avec les conséquences que cela implique), sa structure a pour but de ne jamais culpabiliser et de toujours tendre la main. Et ce n’est pas parce que le CREAQ est basé à Bordeaux que ceux qui sont éloignés de la métropole du Sud-Ouest n’ont pas le droit à ce niveau de service. C’est pour ça que l’association a imaginé une version portative, sous la forme d’un camion qui repère, conseille et oriente toutes les personnes qui rentreraient dans le cadre de leur mission mais qui sont “hors-radar” du fait de leur isolement. On part en road-trip ?

Comment vous définiriez, avec vos propres mots, ce que vous faites dans la vie ?

On est une asso basée à Bordeaux qui s’appelle Centre Régional d’Eco-énergétique d’Aquitaine. On est indépendants, on n’a aucune fédération derrière nous. Notre but ? Travailler sur la lutte contre le changement climatique au travers d’un prisme “énergie”, notamment dans l’habitat. On est là pour conseiller les gens sur les questions de rénovation du logement et à la maîtrise des consommations d’énergie au niveau national. On héberge chez nous un espace info énergie, pour pouvoir conseiller tous les jours les personnes qui souhaitent être informées sur ces sujets-là. Comment je rénove ma maison ? Quelles aides financières je peux trouver ? Et surtout, comment j’analyse ma facture et par quels moyens je peux la diminuer ?

Au-delà des gens qui nous joignent spontanément, on va aussi au devant des personnes, pour faire connaître qu’on peut maîtriser son budget énergie et avoir un impact sur le changement climatique grâce à ça. On travaille sur des événements, on a des stands, des documents techniques…

On agit aussi sur la région pour la thématique plus particulière de l’eau. On essaie de sensibiliser sur l’importance d’utiliser cette ressource de manière raisonnée, durable et responsable afin de maintenir une eau de la meilleure qualité possible en Gironde.

Et enfin, on a un pôle qui travaille sur la vulgarisation de toutes ces thématiques dans le milieu scolaire. Le but est d’essayer de donner des clés aux enfants sur ce que c’est que l’énergie, le changement climatique, le développement durable, et comment ces trois notions sont connectées.

Vous semblez vouloir réfléchir à cette problématique d’emblée sur le long terme…

Exactement. Et vu qu’on est une association indépendante, on évite le militantisme et on parle de tout. Il nous semble important de parler aussi des énergies fossiles ou du nucléaire, de comprendre comment elles fonctionnent et ce qu’elles impliquent, aussi parce que nous nous adressons à des publics qui parfois n’ont pas forcément conscience des alternatives ou ne peuvent pas se projeter dans une conversion énergétique plus durable pour diverses raisons. On se doit de leur apporter également des réponses, même si notre but final est de promouvoir le développement durable. Et surtout, nous ne sommes pas là pour faire culpabiliser qui que ce soit !

Votre territoire, il possède une particularité à propos de précarité énergétique ?

On s’est rendus compte qu’il y avait un certain type de public qui venait nous voir pour des problèmes de factures bien trop élevées, et que l’énergie était l’un des deux ou trois grands problèmes de factures impayées dans beaucoup de foyers… C’est comme ça qu’on a pris conscience d’ouvrir également une réflexion spécifique sur la précarité énergétique. Pour couronner le tout, les personnes les plus modestes se retrouvent souvent dans les logements dont l’isolation laisse à désirer, ou qui sont équipés en tout-électrique, en sachant que l’électricité reste l’énergie la plus chère… On a donc voulu accompagner ces gens-là pour répondre à cette problématique qui est de plus en plus importante.

On travaille en collaboration avec des professionnels. Il faut savoir que ce public qui se retrouve avec de vrais problèmes d’énergie sont souvent en relation avec des travailleurs sociaux, qui sont leurs premiers interlocuteurs. Cette relation est très importante : c’est elle qui va faire prendre conscience du problème aux gens, avant qu’on prenne le relais pour apporter des solutions. Il faut donc qu’ils sachent eux-mêmes repérer les signes de précarité énergétique !

Par quels moyens vous réussissez à lutter contre ça ?

On arrive à leur faire mettre en oeuvre des travaux grâce aux soutiens financiers qui existent, c’est aussi à nous de bien connaître ce qui existe à ce niveau-là pour voir quelle aide demander. Et ces aides permettent le plus souvent d’enclencher une résolution de leurs problèmes d’énergie de manière durable et pérenne. D’habitude il y a vraiment deux étapes distinctes et qui ne s’enchaînent pas forcément : la résolution immédiate du problème pour décharger les gens de la souffrance que cela peut générer, et ensuite seulement une orientation éventuelle vers un changement de consommation énergétique. On essaie de fusionner les deux.

L’idée du camion aménagé, vous l’avez trouvée où ?

Elle est justement venu du réseau de travailleurs sociaux que nous avons constitué autour de la précarité énergétique. C’est la CAF qui nous a mis “la puce à l’oreille” : eux aussi avaient réussi, grâce à cette idée de sortir leur prestation de leurs bureaux habituels, à repérer et à toucher d’autres publics et à amplifier leur mission sociale. C’est aussi notre objectif : beaucoup de gens habitant en zone réellement rurale ne sont pas forcément en contact avec les éventuelles solutions qui existent pour améliorer leur situation énergétique, alors nous nous sommes dits qu’il fallait aller vers eux !

Retour sur l’atelier de résolutions de défis pour le projet 1,2,3 ÉcoLogis

27 avril 2017

Le programme Porteurs d’Idées Énergétiques met à disposition des lauréats l’organisation d’un atelier de créativité organisé par MakeSense, association partenaire du programme (retrouvez ici la liste des ressources). Cet atelier rassemble pendant trois heures le porteur de projet et son équipe, un animateur MakeSense et une quinzaine de citoyens, de tous âges et tous horizons, qui mettent leurs connaissances et compétences au service du projet.

L’objectif de ces ateliers est double :

Apporter des solutions à un défi opérationnel rencontré par le porteur de projet, par exemple,  « Comment réussir ma campagne de Crowdfunding ? » ou « Comment multiplier par deux le traffic de mon site internet ? »

Mobiliser et engager des personnes extérieures sur un sujet donné, ici la précarité énergétique.


En amont de l’atelier, les responsables du projet SHAKTI21 cadrent le défi à résoudre avec l’animateur MakeSense et identifie un défi clef.

Défi : Comment toucher un public plus large pour l’accompagner dans l’économie d’énergie?

Objectifs:
1. Générer une prise de conscience publique de la précarité énergétique
2. Prévoir l’accompagnement de 80 personnes dans chacune des 3 villes
3. Soutenir, par l’information, l’engagement citoyen et individuel dans cette transition.

Contraintes:
1. Temps: 6 Mois
2. Implication dans la sphère privé (visite à domicile) et dans des contextes culturels variés.

MakeSense et Shakti21 ont conjointement communiqué sur la tenue de l’atelier (l’événement Facebook) : 18 personnes ont répondu à l’appel. Grâce à diverses méthode de créativité (et un joli stock de post-it), les participants on fait émerger plusieurs solutions innovantes dont les porteurs de projets pourront se saisir.

Retrouvez bientôt sur  un espace dédié les solutions proposées durant cet atelier.

Deux ateliers collectifs à Paris et Lille !

5 avril 2017

Dans le cadre de l’animation du programme, l’association MakeSense, partenaire du programme, permet aux lauréats d’organiser un atelier collectif de résolution de projets. La méthode de ces ateliers appelés Hold-up a été éprouvée par plus de 2000 entrepreneurs sociaux à travers le monde depuis 5 ans.

Néophyte sur le sujet de la précarité énergétique ou non, ces deux ateliers sont un moyen concret de s’approprier le sujet et de co-créer des solutions innovantes.

Rendez-vous le 11  à Paris  pour aider le Shakti21 : Comment toucher un public plus large sur l’enjeu de précarité énergétique ? – Toutes les infos pratiques à ce lien

Rendez-vous le 9 mai à Lille pour travailler avec le réseau Éco-Habitat sur le recrutement des leurs bénévoles. Toutes les infos pratiques bientôt disponible

 

RDV le 4 mai pour l’événement national du programme !

5 avril 2017

Le 4 mai prochain, l’ensemble des parties-prenantes du programme se réunit à Paris pour une après-midi de travail et une soirée-débat. L’événement a lieu dans les locaux de MakeSense (métro Bastille), partenaire du programme.

La journée commencera à partir de 14h30 par une série d’ateliers pour initier des collaborations concrètes entre les 10 projets lauréats et les entreprises partenaires du programme.

À partir de 18h, l’événement sera ouvert au public avec une présentation rythmée des 10 projets par leurs porteurs, suivi d’une diffusion de courts reportages tournés sur le terrain auprès des projets. Ce moment de découverte se prolongera par une conférence alliant débats et concert.

Les invitations pour les ateliers seront diffusées durant la deuxième semaine d’avril et un événement Facebook sera lancé au même moment.

Retour sur l’atelier du 17 mars

1 avril 2017

Les 10 lauréats du premier appel à projets et les partenaires du programme se sont réunis vendredi 17 mars une journée d’échange et de travails sur des défis communs. Retour sur les temps-forts.


Animée par le cabinet Kimso, l’objectif de la matinée est de revenir sur les fondamentaux de l’évaluation d’impact social : pourquoi et pour qui on évalue ? qu’est ce qu’on évalue ? Ces discussions servent de base aux travaux d’auto-évaluation par les projets de leurs impact social, une des composantes techniques du programme.
Le deuxième volet de la matinée était l’identification des attentes des porteurs de projets par rapport aux apports du programme : renforcement des compétences, synergies entre les projets, financement et émergence pratiques nouvelles. Ces éléments permettront

L’objectif de l’après-midi était d’explorer collectivement un défi récurrent pour les acteurs de le précarité énergétique : la mise en action des bénéficiaires. La première partie est consacré à la mutualisation des bonnes pratiques et des expériences de terrain des différents projets. Puis, Maxime Pekkip de CRESUS, association historique luttant pour la prévention du surendettement, intervient pour apporter un regard extérieur sur le défi de la mise en action. Il insiste notamment sur l’importance d’outils de suivi des bénéficiaires pour construire des profils-types par action pour gagner de l’énergie et du temps sur le repérage.
En outre, Maxime a partagé l’enseignement suivant : les bénéficiaires, animés en communauté, sont les meilleurs ambassadeurs d’une offre et se révèlent très efficaces dans le repérage des personnes en situation de précarité énergétique. En concertation avec les lauréats, cette dimension sera exploré lors des prochains ateliers du programme.
RDV le 4 mai pour le prochain temps-fort du programme Porteurs d’Idées Énergétiques !

Premier temps-fort collectif le 17 mars !

1 mars 2017

Un peu plus d’un mois après l’annonce des 10 lauréats, le programme réunit les porteurs d’idées énergétiques, les partenaires et des experts techniques pour une journée de travail et d’accompagnement collectif à Paris.

La matinée sera consacrée aux enjeux de l’évaluation d’impacts. Elle sera animée par les cabinets KIMSO et EEXISTE. L’objectif est double :

Pour le programme : co-construire une grille d’évaluation des projets accompagnés et de l’apport du programme dans les soutiens proposés.
Pour les porteurs de projet : délivrer une formation pratique sur les raisons et la mise en pratique de l’évaluation d’impacts, et fournir des outils pratiques aux 10 lauréats.

Durant l’après-midi, un défi sera exploré collectivement : comment favoriser le passage à l’acte ? Le constat est le suivant : les aides existantes (diagnostics gratuits, dispositif Habiter Mieux, travaux d’isolation à moindres coûts, …) ne sont pas – ou très difficilement – activées par les personnes en situation de précarité énergétique. L’atelier sera animé par MakeSense.

Mise en commun des bonnes pratiques par les lauréats et les partenaires techniques.
Apport d’un regard extérieur avec l’intervention de l’association CRESUS qui lutte contre le surendettement et rencontre le même défi d’accès aux dispositifs de droit commun.
Mise en pratique animée en lien avec l’environnement des projets.

MàJ : Retrouvez le bilan de la journée.

Si vous souhaitez recevoir le bilan directement, n’hésitez pas à vous inscrire en cliquant sur le lien suivant.